© 2017 ADN sprl  design by: M.Lacroix

CONTACTEZ-NOUS

secrétaire médicale

FABIENNE TOBAC

Afin de vous garantir des soins de qualité les consultations ont lieu uniquement sur rendez-vous.

Les prises de rendez-vous se font tous les matins de 8h30 à 12h30.

En cas d'empêchement veuillez avoir la gentillesse d'annuler votre consultation 48h à l'avance.

 081.46.17.22 

39 Avenue de la vecquée, 5000 Namur

La prévention commence dés le plus jeune âge . 

 Les deux pathologies les plus fréquemment rencontrées dans la cavité buccale

sont les caries dentaires et les lésions parodontales .

Ces deux lésions peuvent être évitées par des techniques de brossage éfficace qui vous sont présentées ci-dessous.

LE BROSSAGE

DES DENTS

LES CARIES

DENTAIRES

LES LÉSIONS

PARODONTALES

 

LE BROSSAGE DES DENTS

Le brossage des dents est l’élément le plus important de l’élimination de la plaque dentaire et, donc, de la prévention de la formation de tartre et des caries.

Un bon brossage doit durer en moyenne 2 minutes.

 

La brosse doit être placée de manière à former un angle de 45 degrés avec les dents.

Pour commencer le brossage les poils doivent se trouver à la jonction entre les dents

et la gencive. Nettoyer chaque face de dent avec un mouvement allant de haut en bas.

Les bons gestes appris dans l'enfance restent acquis pour la vie entière.

Le bon brossage chez les enfants est très important. Il faut donc bien surveiller leur brossage

car de saines dents de lait engendrent indirectement l’éruption de dents définitives saines.

 

La brosse à dent ne pouvant atteindre certaines zones, le brossage doit être complété

par le passage du fil dentaire entre chaque dent, et ce au moins une fois par jour.

Pour ceux qui éprouvent des difficultés à passer le fil, des mini-brossettes sont disponibles

dans tous les supermarchés.

 

LES CARIES DENTAIRES

La carie dentaire est une lésion microbienne non spécifique des tissus durs de la dent , provoquant leur destruction par formation de cavités évolutives .

 

Les deux facteurs responsables de la carie sont les micro organismes et les substrats alimentaires

(les sucres). Les micro organismes à savoir les diverses bactéries qui colonisent

la cavité buccale après la naissance (streptocoques dont les mutans,  lactobacilles,

actinomycètes....) sont responsables du déclenchement de la carie par métabolisation

des sucres et transformation de ces sucres en acide lactique, ce qui entraîne une chute du ph

dans la cavité buccale.

Le ph caractérise le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une solution (ph acide proche de 0, ph basique proche de 14) . En cavité buccale , on retrouve un ph plus ou moins constant proche de 6,5 à 7,5.

Dés que le ph de la cavité buccale descend en dessous de 5,5 les tissus durs de la dent à savoir l’émail et la dentine commencent à se désagréger et à se dissoudre; c’est la carie dentaire.

 

Les substrats alimentaires intervenant dans l’apparition des lésions carieuses sont essentiellement les aliments

qui contiennent diverses formes de glucides fermentescibles (ex : saccharose ).

 

L’effet nocif des glucides est lié à la fréquence d’ingestion de ces substances , à la forme sous laquelle elles sont ingérées et à la quantité consommée (chips, bonbons, sodas, chocolats...)

LA PRÉVENTION DES LÉSIONS CARIEUSE

SUR BASE SUR 3 POINTS ESSENTIELS: 

01

La réduction de la flore buccale cariogène

02

La réduction des aliments nocifs pour le tissu dentaire

03

Les mesures destinées à réduire la fragilité du tissu dentaire

 

01. LA RÉDUCTION DE LA FLORE BUCCALE CARIOGÉNE :

Ce sont toutes les mesures qui visent à réduire la plaque dentaire .La plaque dentaire est un agrégat bactérien (composé de microorganisme et d’une matrice interbactérienne) adhérant à la surface des dents ou à des artifices buccaux (prothèses , appareil ortho...).

La plaque dentaire peut être facilement détectée à l’oeil nu. Il s’agit d’un dépôt blanchâtre légèrement pigmenté (du aux pigments alimentaires , café , thé , tabac...) qui se dépose à la surface des dents, on peut également utiliser un révélateur de plaque pour mieux la mettre en évidence. La plaque dentaire se dépose par prédilection sur les surfaces rugueuses et les endroits difficiles d’accès (surface linguale des incisives inférieures, les sillions occlusaux, les éléments prothétiques ou orthodontique, dans les espaces interdentaires, dans les régions où l’on retrouve des ectopies et/ou chevauchement des dents...).

 

 Il est essentiel d’éliminer quotidiennement cette plaque dentaire par un brossage méticuleux des dents et l’utilisation de moyens chimiques et mécaniques comme par exemple le fil interdentaire, les goupillions  interproximaux, les bains de bouche et eau buccale. Les chewing-gum sans sucre par le bié de la salivation provoquée par leur mastication, peuvent jouer un rôle favorable dans le nettoyage mécanique des surfaces occlusales des dents, mais ils ne remplacent en aucun cas le brossage.

Le brossage bi ou tri quotidien (après le déjeuné le matin , après le repas de midi et avant d’aller dormir) va permettre de nettoyer et de polir les dents, d’améliorer l’état gingival, d’éliminer les colorations dentaires, de réduire la flore bactérienne, de prévenir les caries et les parodontopathies, de supprimer la mauvaise haleine et de réduire les sensibilités au niveau du collet des dents.

 

Les antiseptiques comme la chlorhexidine peuvent être intéressants pour combattre la formation de la plaque dentaire. Elle est active sur de nombreuses souches de bactéries et de levures. Elle permet de réduire la flore buccale et d’empêcher la colonisation bactérienne au niveau des surfaces dentaires. Malheureusement son utilisation quotidienne à long terme n’est pas recommandée à cause de ses effets secondaires : colorations brunâtre des dents, modification du goût .

 

La chlohexidine peut donc être utilisée pour une prévention de courte durée dans le cas: d’une phase de cicatrisation après une extraction dentaire ou une intervention parodontale, lors d’une gingivite ou parodontite , en cas d’infection aigüe au niveau de la cavité buccale stomatite (Candida albicans), en cas d’aphte et d’ulcération.

 

02. LA RÉDUCTION DES ALIMENTS NOCIFS POUR LE TISSU DENTAIRE :

Les aliments non cariogènes sont des produits dont la fermentation par la plaque dentaire n’abouti pas à une chute du ph de la cavité buccale en dessous de 5,5 et ce durant les 30 minutes qui suivent l’ingestion de cette substance , donc pas de déminéralisation .( Safe for teeth )

Les sucres qui sont les plus susceptibles d’engendrer après métabolisation par les bactéries de la cavité buccale une chute du ph sont : le saccharose , le glucose , le fructose , le maltose , le lactose et les produits à base d’amidon cuit (céréales).

Les sucres qui sont lentement fermentés et de ce fait n’engendrent pas de chute brutale du ph buccal sont : le sorbitol, le mannitol, le xylitol  (sucre alccol non acidogène). Le sorbitol se trouve dans de nombreux produits naturels (fruits :cerises, prunes, poires, baies...) 

Les aliments cariogènes à éviter sont: tous les aliments qui contiennent beaucoup de sucre rapidement fermenté: les fruits secs, le miel,      les pâtisseries, les sodas, les sirops, les bonbons, le chocolat, les biscuits, les caramels, les glaces, les chips...

Les aliments non cariogènes sont: tous les aliments qui sont lentement  voir pas fermenté: les fruits frais, les légumes, les bonbons ou chewing-gum à base de sorbitol et xylitol, l’eau minérale naturelle sans sucre ni arôme , le blé...

La réduction de la fréquence d’ingestion de sucrerie (bonbons ou sodas) entre les repas permet de maintenir un ph buccal quasi neutre, n’entrainant pas de déminéralisation ni de formation de caries dentaires. La fréquence d’ingestion des aliments est donc à prendre en considération dans la formation des caries.

 

03. LES MESURES DESTINÉES À RÉDUIRE LA FRAGILITÉ DU TISSU DENTAIRE :

L’ingestion d’une certaine quantité de fluorure lorsqu’elle est continue assure aux dents temporaires et permanentes un degré considérable de protection anti-carie. Lorsque l’eau de distribution contient 1 ppm de fluor, il y a 50 à 60 % de caries en moins que dans les régions où le fluor est à l’état de trace (0,1 ppm). Cette constatation a été faite au début du siècle dernier aux Etats-Unis  Colorado Springs (étude McKay & Churchill 1916 ) ainsi qu’en Europe. Le fluor est un oligo-éléments qui renforce la résistance de l’émail aux attaques acides.

Le fluor est donc considéré comme un élément essentiel dans la prévention des lésions carieuses. Mais à forte dose le fluor peut engendrer un problème qui est la fluorose (coloration inesthétique brunâtre des dents, anomalie de l’émail, tache blanche "White spot", dents "mitées").

La prudence s’impose donc lors de l’ingestion de fluorures , il faut à tout prix éviter le surdosage . Un apport en fluor via le dentifrice utilisé pour le brossage bi ou tri quotidien est en général tout à fait suffisant . L’application locale de fluor sur les dents provoque également une augmentation de la résistance des dents à la carie ( dentifrices fluorés , fluoration des dents au fauteuil dentaire). Le scellement des puits et fissures : l’application d’un sealant ( vernis fluoré ) à la surface des dents sur les faces occlusales permet de réduire notablement les lésions carieuses. Les traitements orthodontiques de réalignement dentaire  contribuent également à faire chuter  le nombre de  caries dentaires . Des dents qui se chevauchent sont la porte ouverte à l’accumulation importante de plaque dentaire . Un diagnostic précose des lésions carieuses permet d’éviter bien des ennuis et désagréments . Une visite annuelle de contrôle pour les adultes et semestrielle pour les enfants s’avère donc souvent bien nécessaire .

 

LES LÉSIONS PARODONTALES

Les gingivites et parodontites résultent de l’inflammation chronique des tissus parodontaux par la plaque dentaire.

 01. LA GINGIVITE

La gingivite est le premier stade de l’inflammation de la muqueuse gingivale. Elle n’affecte que le parodonte superficiel, tout en épargnant l’appareil d’attache et l’os sous-jacent. Il existe plusieurs types de gingivite classifiée selon leur étiologie :

 

  • Les gingivites inflammatoires d’origine bactérienne sont les plus communes et les plus répandues

         (75-95 % de la population adulte).

 

  • Les gingivites liées aux fluctuations hormonales et à la prise de certains médicaments.

 

  • Les gingivites liées à des maladies systémiques (leucémie...) ou dermatologique .

 

  • Les gingivites liées à diverses infections (la candidose, syphilis, herpés... ).

 

  • La gingivite ulcéro-nécrotique, lésion gingivale aiguë nécrosante.

 02. LA PARODONTITE

La parodontite est le second stade de l’inflammation de la muqueuse gingivale, elle se caractérise par une destruction du parodonte superficiel et profond. La destruction des tissus de soutien de la dent peut conduire à la perte de l’organe dentaire.

Tout comme pour la gingivite il existe plusieurs formes (plus ou moins agressive) de parodontite :

  • La parodontite prépubertaire dont l’étiologie est souvent liée à la présence en cavité buccale de bactéries.

  • La parodontite liée à une neutropénie (baisse du nombre des granulocytes neutrophiles circulants au dessous de 1800 / mm3).

  • La parodontite juvénile causée également par la présence en cavité buccale de l'Actinobacillus actinomycetemcomitans.

  • La parodontite à progression rapide (chez l’adulte de 20-35 ans) associée à la présence de Porphyromonas gingivalis.

  • La parodontite de l’adulte (+ de 35 ans ) parodontite la plus fréquement rencontrée liée à la présence de Porphyromonas gingivalis , Eikenella corrodens , Campylobacter rectus se caractérise par une perte osseuse horizontale.

  • La parodontite liée à une maladie systémique (ex S.I.D.A).

  • La parodontite dites refractaire (ne répondant pas à la thérapeutique parodontale).

Tout comme pour les mesures adoptées pour éviter les lésions carieuses une hygienne bucco-dentaire rigoureuse doit être instaurée dés le plus jeune âge . Le traitement des gingivites et des parodontites passe par un contrôle rigoureux et l’élimination de la plaque dentaire  bactérienne.

Les parodontites nécessitent souvent une visite chez un dentiste spécialiste (un parodontologue).